Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sicario (Denis Villeneuve)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Sicario (Denis Villeneuve)

On ne peut être qu'ébloui par la maîtrise de la première demi-heure. La tension dramatique et la très grande rigueur de la mise en scène – devrais-je les qualifier de « sidérantes », les cinéphiles ayant, pour commenter ce film, une propension aux superlatifs et à un lyrisme « poncifiant » ? – ont tout pour saisir le spectateur. Si je voulais faire style, je dirais : « l’entraîner dans un vortex trouble, poisseux et âpre ». Mais je m’abstiendrai…

La suite, plus inégale, avance sur un rythme incertain, avec des scènes sans grand intérêt, d’autres plus réussies, mais pour lesquelles le cinéaste peine à trouver le bon tempo, les faisant parfois durer au-delà de l’efficace, comme s’il contemplait sa propre virtuosité (séquence du tunnel, par exemple).

Sur le fond, le scénario est un honnête thriller, une histoire de vengeance « sans concession » (il me semble que cela fait bien de caser cette expression), même si les dérives de la lutte américaine contre les narcotrafiquants ne sont pas éludées. Il est amusant de constater, à ce sujet, que les mêmes critiques qui ont vivement reproché à Audiard sa vision déformée des banlieues françaises, dans Dheepan, ne trouvent rien à redire à cette évocation de la société mexicaine. Juárez est certes réputée être la capitale mondiale du crime. Mais le réalisateur canadien ne fait vraiment pas dans la demi-mesure pour brosser le portrait de cette ville, où la criminalité recule pourtant lentement…

Bref, pas « l’électrochoc » – je respecte les codes ! – annoncé, mais un très bon film tout de même, prenant, où excellent Benicio del Toro et, surtout, la très belle Emily Blunt. Inférieur, toutefois, à Enemy, plus riche, plus complexe.

Commenter cet article