Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualité DVD - Blu-ray

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Michael Powell reste un cinéaste encore méconnu. La faute en partie aux critiques de la Nouvelle vague, pour qui le cinéma britannique se résumait à Hitchcock… Cependant, grâce à quelques éditeurs, on peut depuis quelques années redécouvrir son œuvre. L’Institut Lumière a ainsi édité deux magnifiques coffrets où l’on retrouve ses principaux chefs-d’œuvre (Colonel Blimp, A Canterbury tale, Le narcisse noir, Les chaussons rouges...). C’est au tour d’Opening de rendre accessible aux cinéphiles trois films tourné par le réalisateur anglais au début des années 1930 : Fire raisers, Red ensign et The phantom light.
 
Fire Raisers (1933) - Dans le jargon des assurances britanniques, un Fire raiser désigne un escroc à l'assurance incendie. Une arnaque que connaît bien Jim Bronson, expert pour les compagnies d'assurances. Ambitieux et obsédé par l'appât du gain, Bronson s'associe à un gang d'incendiaires…

Coffret-Powell-5.jpg

Red ensign (1934) - Pendant la grande dépression des années 1930, David Barr est employé dans une entreprise de construction navale, dont les affaires ne sont guère florissantes. Il a un projet de navire extrêmement novateur, qui pourrait relancer l'entreprise. Mais tous ses collègues ne partagent pas son enthousiasme. Pour arriver à ses fins, Barr est prêt à tout : affronter physiquement les dirigeants syndicaux, écraser ses concurrents, manipuler la femme qu'il aime… 
 
The phantom light (1935) - Sur la côte galloise, un gardien de phare a été assassiné dans de mystérieuses conditions. La détective Alice Bright est chargée de l'enquête, alors que se produisent d'étranges évènements : des naufrages se succèdent, des navires disparaissent et une mystérieuse lumière est aperçue. Un marin et un gardien de phare apporteront à Alice Bright une aide précieuse… 

Coffret Powell 1
 
Toujours concernant Michael Powell, je signale la sortie en Blu-ray, en novembre prochain, des Chaussons rouges (Carlotta). Pour conclure, je formule un vœu : que L’espion noir, première collaboration de Michael Powell et Emeric Pressburger, dont j'ai déjà parlé, intéresse lui aussi un éditeur... 

Commenter cet article