Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au fond des bois

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Au fond des bois 1
 
Synopsis
 
En 1865, dans le sud de la France. Joséphine Hughes (Isild Le Besco) vit seule avec son père (Bernard Rouquette), un médecin humaniste toujours prêt à accueillir les nécessiteux. Un jour, il offre le couvert et le gîte à Timothée Castellan (Nahuel Perez Biscayart), un vagabond qui se fait passer pour sourd et muet. Mais celui-ci possède un pouvoir surnaturel, qu'il exerce dès le lendemain sur la jeune fille... 
 
Fiche techniqueAu fond des bois - Affiche
 
Film français
Année de production : 2010
Durée : 1h42
Réalisation : Benoit Jacquot
Image : Julien Hitsch
Avec Isild Le Besco (Joséphine Hughes), Nahuel Perez Biscayart (Timothée Castellan), Bernard Rouquette (Le docteur Hughes), Jérôme Kircher (Le capitaine Langlois)...  
 

 
Critique
 
A un moment, Joséphine Hughes murmure : Ne t'inquiète pas, ce sera bientôt fini. Hélas ! cette phrase ne s'adresse pas au spectateur, mais à Timothée Castellan. Pourtant, comme on souhaiterait que ce soit effectivement la fin (du film) ! Je dois avouer que je ne me suis pas autant ennuyé au cinéma depuis La troisième partie du monde, d'Eric Forestier. 
 
Au fond des bois n'est d'abord qu'une longue, très longue errance à travers des paysages provençaux désolés où défilent, tels des santons, les figures typiques du folklore de cette région. Isild Le Besco roule alors des yeux ronds sous l'influence de Nahuel Perez Biscayart, qui passe son temps à abuser d'elle, à la souiller. A l'ennui extrême que provoque ce spectacle s'ajoute l'agacement suscité par le symbolisme grossier du récit (ainsi, plus la jeune fille est avilie et plus sa robe blanche vire au gris, puis au noir). Voilà, c'est à peu près tout...
 
Au fond des bois 2
 
L'intérêt se réveille un peu dans la seconde partie du film, lorsque Benoit Jacquot aborde les conséquences de l'enlèvement de Joséphine. Son actrice abandonne enfin son jeu outré, ses expressions irritantes et grotesques, au profit d'une attitude ambiguë, qui laisse entrevoir la possibilité d'une psychologie plus complexe qu'il n'y paraît de prime abord. Mais cela ne suffit pas à estomper l'impression initiale... 
 
Ma note - 1/5

Commenter cet article