Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Charlot fait du cinéma (A film Johnnie)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Synopsis
 
Charlot (Charles Chaplin) est éjecté manu militari d’une salle de cinéma en raison de son comportement particulièrement indiscipliné. Il a cependant eu le temps de tomber amoureux de l’héroïne du film (Peggy Pearce), qu’il essaie de rencontrer en pénétrant furtivement dans les studios Keystone, où il sème la panique sur de nombreux plateaux…
 
Fiche techniqueCharles Chaplin 1
 
Film américain
Année de production : 1914
Durée : 0h15
Réalisation : George Nichols
Avec Charles Chaplin (L'amateur de cinéma), Roscoe Arbuckle (Lui-même), Peggy Pearce (La Keystone girl), Mabel Normand (Elle-même), Ford Sterling (Lui-même)... 
 


Critique
 
Comme je l’ai dit, Charlot et le parapluie fut le dernier film tourné par Chaplin sous la direction d’Henry Lehrman. Les relations entre les deux hommes n’avaient cessé de se dégrader depuis leur première collaboration sur Pour gagner sa vie, l’acteur reprochant au cinéaste de dénaturer ou supprimer ses meilleurs effets. Conscient de ces difficultés, Sennett assigna à sa nouvelle vedette un autre metteur en scène, George Nichols. Mais ce dernier n’eut pas davantage les faveurs de Chaplin, qu’il dirigea seulement à quatre reprises. Il semble que Nichols ait été, lui aussi, incapable de saisir le potentiel comique du comédien, qui se souvint dans ses mémoires qu’il attendait seulement de lui une imitation de Ford Sterling. Malgré tout, quelques gags savoureux de ce film sont de toute l’évidence des improvisations de Chaplin, tant ils annoncent ses réalisations futures (voir la scène où il utilise un pistolet comme cure-dent).
 
Charlot-fait-du-cinema-1.png 
Mais Charlot fait du cinéma est surtout un passionnant témoignage sur les conditions de tournage dans les premières années d’Hollywood. On voit ainsi les équipes techniques de la Keystone au travail, on y croise quelques-unes de stars du studio, comme Roscoe Arbuckle, Ford Sterling, Mabel Normand, Edgar Kennedy ou encore Henry Lehrman. On découvre aussi comment un évènement -en l’occurrence un incendie- pouvait être intégré dans un film, ainsi que ce fut le cas, par exemple, pour Charlot est content de lui (une course de baby-cart) ou Charlot et le parapluie (des inondations).

Chaplin nous montrera l’envers du décor dans trois autres moyens métrages, dont il sera cette fois également l’auteur : dans Charlot grande coquette (The Masquerader), produit par la Keystone, dans lequel il apparaît d’abord sans maquillage, jouant son propre rôle ; puis dans son premier film pour la Essanay, Charlot débute (His new job), où il se présente à une audition pour devenir acteur ; enfin dans Charlot fait du ciné (Behind the screen), tourné par la Mutual.
 
 
Charlot-fait-du-cinema-2.png 
Comme tous les films tournés par Chaplin pour la Keystone, Charlot fait du cinéma est disponible dans le coffret commercialisé par la société Lobster. 
 
Charles Chaplin sur ce site : intégrale Charles Chaplin  

Commenter cet article