Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Décès d'Ernest Borgnine (8 juillet 2012)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Ernest-Borgnine-1.jpg

 

Il était l’une des dernières légendes de l’âge d’or d’Hollywood, avec Eli Wallach (né en 1915), Kirk Douglas (1916), Olivia de Havilland (1916) et Lauren Bacall (1924) : Ernest Borgnine est mort, le 8 juillet, à l’âge de 95 ans. 

 

Né le 24 janvier 1917 à Hamden, Ernest Borgnine (de son vrai nom Ermes Effron Borgnino) mena d’abord une carrière dans la Navy, dans laquelle il s’engagea à l’âge de 18 ans. A la fin de la guerre, il se tourna vers le métier de comédien, s’inscrivant à la Randall School of Drama. Au début des années 1950, on le vit sur scène, au Martin Beck Estate, dans Mrs McThing, sous la direction de Joseph Buloff (IBDB). 

 

Parallèlement, Ernest Borgnine fit ses débuts au cinéma dans China corsair de Ray Nazarro (1951), avant de décrocher un petit rôle dans The whistle at Eaton Falls de Robert Siodmak, aux côtés de Lloyd Bridges (le père de Jeff) et Dorothy Gish. Il tourna ensuite dans quelques séries, dont Captain Video and his Video Rangers, l’un des premiers programmes télévisés de science-fiction. 

 

En 1953, il obtint son premier grand rôle, dans Tant qu'il y aura des hommes de Fred Zinnemann, où il incarne le sergent James Rudson, dit Fatso (Gras double), un personnage particulièrement sadique. Deux autres films l’imposèrent comme l’un des méchants mythiques du cinéma américain de l’époque : Johnny Guitare de Nicholas Ray (1954) et Vera Cruz de Robert Aldrich (1955). Mais c’est dans un tout autre registre qu’il se vit récompensé par l’Oscar du meilleur acteur, celui d’un homme timide et tendre, dans Marty de Delbert Mann (il s’agit du seul long métrage, avec Le poison de Billy Wilder, à avoir obtenu à la fois l'Oscar du meilleur film et la Palme d'or au Festival de Cannes). 

 

Marty.jpg 

Marty, Delbert Mann (1955)

 

La filmographie d’Ernest Borgnine donne le vertige (203 titres, selon IMDB). Sa carrière ne connut aucune interruption durant six décennies, que ce soit sur grand écran ou à la télévision (La petite maison dans la prairie, La croisière s’amuse, Supercopter, Magnum et, plus récemment, Urgences). Il tourna sous la direction des plus grands : André de Toth (Les massacreurs du Kansas, Terreur à l’ouest, Contre-espionnage), John Sturges (Un homme est passé, Destination Zebra), Richard Fleischer (Les inconnus dans la ville), Richard Brooks (Le repas de noces), Michael Curtiz (Les rois du jazz), Vittorio de Sica (Le jugement dernier), Sam Peckinpah (La horde sauvage)… En 2010, il était à l’affiche de Red (Robert Schwentke), avec Bruce Willis, Morgan Freeman et John Malkovich. Il venait de terminer The man who shook the hand of Vicente Fernandez d’Elia Petridis. 

 

En plus d’avoir une gueule, comme on dit, Ernest Borgnine était aussi une voix, celle de l'homme-sirène dans le dessin-animé Bob l'éponge (1999-2011)… 

 

Filmographie complète sur IMDB

Commenter cet article

palilia 10/07/2012 18:10


bel acteur, belles photos non vues ailleurs. Tu vois, un que je connaissais. C'est vrai qu'on le re-connaissait facilement aussi et en noir et blanc, ça jette un voile de postérité sur
lui.

CHRISTOPHE LEFEVRE 10/07/2012 19:30



Merci, j'ai en effet voulu trouver des photos un peu différentes des classiques



Marnie 10/07/2012 10:18


... et sur la photo tirée de Marty, il est aux côtés de Betsy Blair, épouse de Gene Kelly, dont je viens de lire la biographie par Alain Masson.

CHRISTOPHE LEFEVRE 10/07/2012 10:36



Je suis aussi content de mes deux photos. Ce n'est pas toujours simple d'en trouver de belles...



Marnie 10/07/2012 10:12


Merci pour cet hommage qui offre une belle synthèse de cette longue carrière. Parmi les dernières stars toujours vivantes, j'ajouterais Mickey Rooney, Joan Fontaine, Maureen O'Hara, peut-être
d'autres que j'oublie...

CHRISTOPHE LEFEVRE 10/07/2012 10:36



Merci de compléter ma liste ! Effectivement, il y a encore quelques légendes.. Joan Fontaine et Olivia de Havilland, deux soeurs particulièrement endurante ! Borgnine eut ceci
d'original, c'est qu'on l'a vu à l'écran jusqu'à la fin de sa vie...