Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Décès de Claude Miller (4 avril 2012)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Claude Miller

 

Révélé en 1976 par La meilleure façon de marcher, Claude Miller est mort le 4 avril des suites d’une longue maladie, à l’âge de 70 ans. 

 

Né le 20 février 1942 à Paris, Claude Miller connut sa première expérience de terrain aux côtés de Carné, sur le tournage de Trois chambres à Manhattan (1965), à l’occasion d’un stage de fin d’études de l’Institut des hautes études cinématographiques, dont il sortit major. L’année suivante, il côtoya Bresson en tant qu’assistant sur Au hasard Balthazar, et Deville sur le plateau de Martin Soldat. En 1967, le jeune homme retrouva ce dernier pour Les demoiselles de Rochefort, puis assista Godard pour Week-end. Il apparut aussi devant la caméra du cinéaste franco-suisse dans Deux ou trois choses que je sais d'elle. Il tourna ensuite dans L'enfant sauvage, de Truffaut, dont il fut à de nombreuses reprises le directeur de production (La sirène du Mississipi, Domicile conjugal, Les deux anglaises et le continent, Une belle fille comme moi, La nuit américaine, L’histoire d’Adèle H). 

 

Fort de cette riche expérience acquise auprès de grands noms, et à différents niveaux de l’élaboration d’un film, Claude Miller se lança dans la réalisation en 1969, avec un court métrage, La question ordinaire, avec Gérard Desarthe. Il récidiva deux ans plus tard, avec Camille ou la comédie catastrophique. Mais c’est La meilleure façon de marcher qui le révéla au grand public (César de la meilleure photographie). Ayant pour cadre une colonie de vacances, ce film met au prise un moniteur séduisant et sadique incarné par Patrick Dewaere et son collègue sensible et fragile, que joue Patrick Bouchitey.


Mortelle-randonnee.jpg 

Claude Miller et Isabelle Adjani, tournage de Mortelle randonnée

 

Claude Miller enchaîna immédiatement avec Dites lui que je l'aime. Cependant, l’échec cinglant de cette adaptation de Ce mal étrange, de Patricia Highsmith, l’éloigna pendant plusieurs années des plateaux de cinéma. Il fallut attendre 1983 pour que sa carrière fût relancée, grâce à Garde à vue, à la fois succès public et critique, cette œuvre ayant été récompensée par quatre Césars, dont ceux du meilleur acteur (Michel Serrault) et du meilleur scénario (Claude Miller, Jean Herman et Michel Audiard). 

 

Claude Miller réalisera ensuite quatorze autres films, parmi lesquels Mortelle randonnée, L’effrontée, La petite voleuse, L’accompagnatrice, Un secret, Voyez comme il danse… Son dernier projet, une adaptation du roman de Mauriac, Thérèse Desqueyroux, est en post-production. Son montage financier a été réalisé grâce à un appel aux internautes, via le site Movie Angels. Audrey Tautou et Gilles Lellouche figurent au casting de ce long métrage, dont la sortie est annoncée pour l'automne prochain (21 novembre 2012, selon Movie Angels). 

 

Claude Miller était également membre du Groupe des 13, association de personnalités du cinéma français formée en 2008 à l'initiative de la réalisatrice Pascale Ferran. Ce club a rédigé un rapport, intitulé Le milieu n'est plus un pont mais une faille, qui dénonce les difficultés croissantes de financement et de distribution en France des films dit du milieu, c’est-à-dire étant à la fois grand public, tout en ayant des prétentions artistiques. 

 

A noter, pour conclure, que Claude Miller fut nommé sept fois aux Césars dans la catégorie meilleur réalisateur, sans obtenir une seule fois cette récompense…

Filmographie comlpète sur IMDB

Commenter cet article

palilia 05/04/2012 19:52

Pour une fois que je connaissais un réalisateur ! j'ai vu la moitié des films que tu cites et je les ai beaucoup aimés

CHRISTOPHE LEFEVRE 06/04/2012 00:47



Oui, il a su faire un cinéma d'auteur tout en touchant un public assez large, ce qui en faisait un grand de son art. Cela fait beaucoup de disparitions depuis quelques semaines...