Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Décès de Theo Angelopoulos (24 janvier 2012)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Theo-Angelopoulos-1.jpg

 

Le réalisateur grec Theo Angelopoulos est mort, le 24 janvier, à l'âge de 76 ans, victime d’un accident de la circulation. 

 

Né à Athènes le 27 avril 1935, Theo Angelopoulos, qui étudia à Paris au début des années 1960, avant d’être critique de cinéma au quotidien Demokratiki Allaghi, tourna son premier long métrage en 1970, La reconstitution, qui obtint plusieurs récompenses au festival de Thessalonique (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure actrice dans un second rôle et meilleure image). 

 

Les premiers films du cinéaste portent l’empreinte de l’histoire politique de son pays (dictature des colonels). Dans Jour de 36 (1972), il osa ainsi un parallèle implicite entre le pouvoir en place et le régime autoritaire de Metaxás, qui dirigea la Grèce de 1936 à 1941. Il poursuivit sa dénonciation de la tyrannie dans Le voyage des comédiens (1975), qui met en scène une troupe de théâtre itinérante traversant la Grèce entre 1939 et 1952, puis Les chasseurs (1977), mention spéciale du jury au Festival de Cannes.

Après avoir dénoncé les dérives du pouvoir socialiste dans Alexandre le Grand (1980), Angelopoulos sa lança dans une trilogie existentialiste : Voyage à Cythère (1984), L’apiculteur (1986) et Paysage dans le brouillard (1988).

Dans un troisième cycle -Le pas suspendu de la cigogne, Le regard d’Ulysse (Grand prix du festival de Cannes 1995) et L'éternité et un jour (Palme d’or 1998)- Theo Angelopoulos ouvrit son discours au monde.

Au début des années 2000, il entama un triptyque historique sur l'Occident au XXeme siècle : Eléni – La terre qui pleure (2004) et La poussière du temps (2008), avec Willem Dafoe et Bruno Ganz, malheureusement inédit en France.

A noter que Potemkine a sorti en 2010 un splendide coffret consacré au cinéaste, dans lequel on peut (re)découvrir sept de ses films.
 

 

Filmographie complète sur IMDB.

Commenter cet article

Baptrom21 27/01/2012 14:11

Pas trop tôt ! Reste plus que Oliveira mais ça va pas tarder...

CHRISTOPHE LEFEVRE 27/01/2012 14:22



Méchant



dasola 26/01/2012 18:06

Rebonsoir, je me dis quand je lis les causes de la mort de ce réalisateur est que la vie tient à peu de chose. J'ai adoré Le regard d'Ulysse. Bonne soirée.

CHRISTOPHE LEFEVRE 26/01/2012 18:48



Effectivement... Cela me fait penser à un texte de Proust, que j'ai lu il y a longtemps. C'est assez imprécis. Mais il disait à peu près qu'une oeuvre dépend de peu de chose (je crois qu'il
parlait de celle de Bergotte), de la solidité de telle ou telle veine dans le cerveau. Si l'une se rompt, toute l'oeuvre à venir est à jamais perdue... Bonne soirée...



mymp 26/01/2012 09:38

C'est bien triste, certes il ne faisait plus de grands films comme avant, mais j'attendais qu'il revienne sur nos écrans avec impatience (j'imagine, puisqu'il a maintenant passé l'arme à gauche,
que les distributeurs vont sortir Dust of time en jouant sur le côté "la dernière rouvre du maître grec" ou ce genre de conneries marketing…). Ses plus beaux films pour ma part : Le pas suspendu de
la cigogne et Le regard d'Ulysse.

CHRISTOPHE LEFEVRE 26/01/2012 10:36



Oui, cela va être une "opportunité" pour les distributeurs... Mon préféré, c'est aussi Le regard d'Ulysse.



Marcozeblog 25/01/2012 22:33

Merci pour cette courte bio (une longue m'aurait découragé). Je n'ai vu aucun de ses films. Mes amis me disent cultivé en cinéma. C'est tellement peu vrai. A bientôt.

CHRISTOPHE LEFEVRE 25/01/2012 23:40



On ne peut pas avoir tout vu  Ses films sont peu passés dans les cinémas et ne sont pas diffusés à la télévison,
donc il a une faible visibilité...Et le coffret DVD est assez cher...



Eeguab 25/01/2012 19:29

J'ai beaucoup aimé Voyage à Cythère,L'apiculteur et Paysage dans le brouillard.J'ignorais d'ailleurs qu'on les regroupait sous le triptyque existentialiste.Aimé aussi Le pas suspendu... et moins
Eleni.Je ne connais pas les autres.

CHRISTOPHE LEFEVRE 25/01/2012 19:37



C'est un cinéma que j'aime beaucoup. Il faut bien sûr se laisser gagner par sa beauté, mais on est récompensé lorsqu'on fait cet effort...