Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Décès de Tony Scott (19 août 2012)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Tony Scott

 

Il n’était certes pas un réalisateur de premier plan (trop irrégulier). Il n’en a pas moins marqué l’histoire du cinéma par quelques succès et son style parfois agaçant, mais si reconnaissable. Tony Scott a mis fin à ses jours le 19 août en se jetant du Vincent Thomas Bridge de San Pedro (Los Angeles). 

 

Né le 21 juillet 1944 à Stockton-on-Tees (Royaume-Uni), Tony Scott débuta au cinéma en 1965, en tant qu’acteur, dans la première réalisation de son frère aîné, Ridley, Boy and bicycle (dont le thème musical était signé du grand John Barry). Il passa lui-même à la réalisation en 1969, avec One of the missing, un court métrage racontant l’histoire d’un soldat sudiste piégé sous un tas de gravats, son arme chargée pointée dans sa direction. Ridley, dans un rôle non crédité, y interprétait un officier de l’Union. 

 

Associé à la création de la société de production Ridley Scott Associates, en partenariat avec Alan Parker, Hugh Hudson, Hugh Johnson, il consacra ensuite l’essentiel de son temps à la publicité, mettant tout de même en scène pour la BBC une nouvelle d’Henry James, L'auteur de Beltraffio (1976). 

 

Tony Scott réalisa son premier long métrage en 1983, Les prédateurs (d’après un roman de Whitley Strieber), avec David Bowie, Susan Sarandon et Catherine Deneuve. De ce film, étrillé par la critique de l’époque, on n’oubliera pas, bien sûr, l'étreinte saphique (culte !) entre les deux actrices, illustrée musicalement par le Duo des fleurs, air le plus célèbre de l’opéra de Léo Delibes, Lakmé. 

 

Unstoppable
Unstoppable
, Tony Scott (2010)


Le cinéaste britannique connut la consécration trois ans plus tard, avec Top gun. Par la suite, il enchaîna les films (plus d‘une vingtaine), essentiellement dans le domaine de l’action, alternant succès commerciaux (USS Alabama, Ennemi d’Etat) et échecs (True romance, Domino). Le dernier, Unstoppable (2010), avec Denzel Washington, qu’il dirigeait pour la cinquième fois, est typique de son style associant montage
épileptique, angles de vue multiples et photographie saturée ou désaturée. Un style parfois admiré, mais aussi souvent décrié pour sa sophistication clipesque. Voici la critique que j’en faisais à sa sortie, sur un autre site :

Après les décevants Déjà vu (2006) et L’attaque du métro 123 (2009), Tony Scott propose ici un film d’action à l’efficacité redoutable. D’abord grâce à son sens du montage, qui, s’il peut parfois agacer par son côté un peu tape-à-l’œil, rend ici parfaitement compte de l’emballement de ce monstre d’acier, qui n’est pas sans rappeler le camion mis en scène par Spielberg dans Duel. Certains plans sont à proprement parler à couper le souffle (voir, par exemple, celui où Colson tente de raccorder les deux trains dans un nuage de grains s’échappant d’un wagon accidenté). Ensuite, parce que son scénario est suffisamment riche en péripéties pour tenir en haleine de bout en bout le spectateur (un autre que Scott se serait probablement focalisé sur le possible choc entre le train fou et celui transportant les enfants). Il y a enfin l’interprétation de Chris Pine, excellent en jeune loup tentant de s’imposer face au vieux briscard, incarné par Denzel Washington.

On retiendra aussi d’Unstoppable son arrière-plan social (le licenciement des salariés âgés) et sa vision critique du monde des médias, dont le voyeurisme sert en partie ici d’élément narratif. Certes, ces questions ne sont pas très approfondies, mais elles suffisent à apporter de l’originalité à ce film dont je n’attendais pas grand-chose, mais qui se révèle au final un agréable et efficace divertissement. Une bonne surprise par conséquent...
 

 

Filmographie complète sur IMDB

Commenter cet article

dasola 27/08/2012 18:00

Bonjour, c'est sûr que rien que pour les Prédateurs avec quelques inoubliables (je l'ai vu deux fois au cinéma à l'époque) (n'oublions pas David Bowie), Tony Scott aura marqué les années 80. Bonne
fin d'après-midi.