Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grisou (Schlagende Wetter)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Grisou-2.jpg
 
Synopsis
 
Délaissée par son amant, George (Carl de Vogt), et chassée du domicile familial par son père (Hermann Valentin) parce qu’elle est enceinte, Maria (Liane Haid) trouve refuge à Saint-Anton, où elle est recueillie par un mineur, Thomas (Eugen Klöpfer). Emu par le sort de la jeune fille, ce dernier lui propose de reconnaître son fils et de l’épouser. Ce que sa mère (Adele Reuter-Eichberg) voit d’un mauvais œil. Le mariage a néanmoins lieu. Cependant, le jour des noces, Maria retrouve le père de son enfant, qui occupe un poste de contremaître dans la mine où travaille son mari. George va alors harceler son ancienne maîtresse, provoquant ainsi la jalousie de Thomas. Les deux hommes régleront leur différent au fond de la mine… 
 
 
Fiche techniqueGrisou---Affiche.jpg
 
Film allemand
Année de production : 1923
Durée : 1h05
Réalisation : Karl Grune
Scénario : Max Jungk, Julius Urgiss
Image : Karl Hasselmann
Avec Liane Haid (Maria), Carl de Vogt (George), Eugen Klöpfer (Thomas), Adele Reuter-Eichberg (La mère)... 
 

 
Critique 
 
Karl Grune a tourné Grisou en 1923, peu de temps avant Die Straße, son film le plus connu. A une époque où la mode est à l'Expressionnisme et à ses décors peints (voir Das Cabinet des Doktor Caligari de Robert Wien ou Von Morgens Bis Mitternacht de Karl Heinz Martin), cette oeuvre se démarque par son naturalisme. De fait, l'intrigue est avant tout le prétexte à une description très réaliste de la vie et du travail des mineurs. Cette évocation se double par ailleurs d'une critique sociale, qui, par certains aspects, n'est pas sans évoquer Metropolis de Fritz Lang (voir le défilé presque mécanique des mineurs devant l'ascenseur qui les conduits au fond de la mine).
 
La séquence finale, qui nous montre Thomas poursuivant George dans les galeries envahies de flammes, suite à un coup de grisou, marque cependant un retour à l'esthétique Expressionniste. Outre son caractère extrêmement spectaculaire, le jeu des ombres et lumières se situe en effet dans la lignée de Nosferatu ou de Faust de Murnau.
 Grisou-4.png
 
A noter qu'il ne subsiste de Grisou qu'une copie lacunaire allemande et une version courte italienne colorisée à la main. La nouvelle partition qui accompagne aujourd'hui le film a été écrite par Georg Gräwe, compositeur et pianiste de jazz. 
 
Pour conclure, un mot sur l’actrice principale du film, Liane Haid, qui peut être regardée comme la première star du cinéma autrichien. Née le 16 août 1895, à Vienne, elle étudia très tôt le chant et la danse, devenant au début des années 1910 première ballerine de l’opéra de Vienne et… partenaire de danse de l’Archiduc Max de Habsbourg, frère du futur empereur Charles. Sa carrière cinématographique débuta en 1915, dans Mit Herz und Hand fürs Vaterland de Jacob et Luise Fleck. Sous la direction du couple de réalisateurs, Liane tourna une vingtaine de films. Dans les années 1920, elle fut la vedette, entre autres, de Lady Hamilton, Lucrèce Borgia, Die insel der träume, Die Brüder Schellenberg (également de Karl Grune), The white slave ou encore SOS Schiff in Not.
 Grisou-5.png
 
Liane Haid effectua avec succès la transition du cinéma muet vers le parlant, jouant dans les premières productions sonores de la UFA. Au début de la Seconde guerre mondiale, Liane interrompit sa carrière cinématographique et s'orienta vers le théâtre. Son nom apparut une dernière fois au générique d’un film en 1953 (Die fünf Karnickel). À presque soixante ans, elle se retira à Berne, où elle mourut le 28 novembre 2000… à l’âge de 105 ans ! Sa filmographie compte 94 titres.
 
 Ma note - 4/5

Commenter cet article

corsu61 05/10/2011 08:58


Excellent article. C'est toujours un plaisir de redécouvrir les débuts du cinéma


CHRISTOPHE LEFEVRE 05/10/2011 09:39



Merci pour ton commentaire ! J'aime effectivement faire bien découvrir tous ces films muets complètement oubliés aujourd'hui, mais qui ont fondé cet art...



palilia 05/10/2011 04:34


quand j'ai vu le titre sur FB, je me suis dit tiens, le chat! Grisou est le nom que j'ai donné à mon chat gris. Puis non, mais c'est marrant qu'on trouve un vieux film qui parle de ça (le coup de
grisou). Je me demande où tu les trouves


CHRISTOPHE LEFEVRE 05/10/2011 07:28



J'en ai des centaines en stocks rien qu'en DVD. Si tu ajoutes ceux enregistré sur ARTE (c'est le cas de celui-ci) ou France 3 ou d'autres chaînes... Et puis, il y a ceuxu dispo sur Internet...