Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Harry Potter et les reliques de la mort - Première partie (Harry Potter and the deathly hallows : part 1)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Harry Potter et les reliques de la mort 2
 
Synopsis
 
Harry Potter (Daniel Radcliffe), Ron Weasley (Rupert Grint) et Hermione Granger (Emma Watson) décident de terminer le travail commencé par Dumbledore (Michael Gambon) et de retrouver les derniers Horcruxes pour vaincre Voldemort (Ralph Fiennes)… 
 
Fiche techniqueHarry-Potter-et-les-reliques-de-la-mort---Affiche.jpg
 
Film américain
Année de production : 2010
Durée : 2h26
Réalisation : David Yates
Scénario : Steve Kloves
Image : Eduardo Serra
Avec Daniel Radcliffe (Harry Potter), Emma Watson (Hermione Granger), Ralph Fiennes (Lord Voldemort), Helena Bonham Carter (Bellatrix Lestrange)...  
 


Critique
 
Une séquence de rattrapage pour cet Harry Potter et les reliques de la mort - Partie 1. Il faut dire que je n'étais pas vraiment pressé de découvrir ce premier épisode d'un diptyque dont la seule raison d'être est de prolonger le succès d'une saga déjà très lucrative (Daniel Radcliffe nous prend pour des demeurés quand il affirme que c’était le seul moyen de raconter l'histoire d'une manière complète et satisfaisante : il oublie de dire qu’il double par la même occasion son cachet de 4 millions de livres sterling…). Pratique qui semble faire des adeptes, puisque le dernier volet de Twilight sera également divisé en deux parties. Mais après tout, si les fans consentent à se faire plumer... Pour ma part, j'ai eu la chance de ne pas payer ma place, donc pas de regret (enfin, presque…).
 
Mon peu d'empressement à voir cet avant-dernier opus tient aussi au fait que je n'ai pas en haute estime la littérature geek de J K Rowling : Mangemorts, Déluminateur et autres Horcruxes me laissent de marbre. Et que dire des sortilèges crétins déclamés avec un sérieux presque comique par les apprentis sorciers de Poudlard ? Mutinlutin malinpesti, Petrificus totalus, Finite incantatem… J’en passe et des meilleurs ! Si vous voulez lire un vrai roman gothique, préférez Les mystères d’Udolphe, d’Ann Radcliffe (avec un tel nom, vous ne serez pas complètement dépaysé…). 

Harry Potter et les reliques de la mort 3
 
Que l’on me permette ici une petite digression (un peu provocante…). Je sais que mes propos ne vont pas m'attirer de nouveaux amis. Le risque est même grand que je sois condamné au bûcher pour hérésie ! Cependant, il est un phénomène qui m’irrite au plus haut point : celui des geeks ! (J’entends déjà des voix s’élever pour me dire que, puisque je suis cinéphile, j’appartiens moi aussi à cette communauté. Je les arrête tout de suite ! Mon intérêt pour le septième art n’a rien de dévorant ! J’aime beaucoup le cinéma, certes, néanmoins ce n’est pas toute ma vie. Loin s’en faut !) 
 
Mais revenons à nos moutons. Je veux dire aux geeks… Outre que je ne comprends pas leur besoin d’être rangé dans une case, d’être catégorisé, ce qui m’agace le plus chez eux, c’est leur absence de recul et de regard critique. Ainsi, dans le domaine du cinéma, à partir du moment où un réalisateur s’adresse à eux, il devient aussitôt culte (mot bête s’il en est !) et ses films sont regardés comme des chefs-d’œuvre. Parfois même avant leur sortie (j’ai pu le constater sur certains blogs) ! Comme tout le monde, j’ai mes préférences, toutefois je ne crois pas perdre mon impartialité lorsque j’admire un créateur. John Ford est pour moi l’un des plus grands cinéastes de l’histoire, pourtant j’admets que toutes ses réalisations ne sont pas inoubliables (La route du tabac, par exemple). De la même façon, si je suis impatient de découvrir The tree of life, je n’écarte pas l’éventualité d’être déçu… Alors, revenez à la raison les geeks ! Et n’oubliez pas que selon l'Oxford american dictionnary, l'origine du mot geek se trouve dans l'ancien allemand geck, qui signifiait fou. Bon, refermons cette parenthèse... 
 
Finalement, que retenir d’Harry Potter et les reliques de la mort - Partie 1 ? Pas grand-chose. L’intrigue s’étire en longueur. Forcément ! Le livre fait 809 pages et son adaptation cinématographique dure près de 300 minutes (j’extrapole à partir des 2 h 25 de la première partie). Alors que les 720 pages d’Harry Potter et le Prince de sang-mêlé tenaient en 153 minutes. Il a fallu remplir ! Ce qui donne lieu à d’interminables scènes, notamment en forêt. Bien sûr, c’est assez sombre. Sans doute pour donner plus de densité aux personnages. Car c’est bien connu, on ne peut être profond que si l’on évolue dans une ambiance ténébreuse, torturée. Visuellement, je trouve également que le film perd en qualité par rapport aux précédents. Une séquence illumine néanmoins cet ensemble assez ennuyeux (et là, je crains que l’on ne m’accuse de vouloir faire semblant d’être objectif en apportant une note positive à ma critique) : celle illustrant le Conte des trois frères. On a droit alors à un pur moment de grâce, qui évoque Les aventures du prince Ahmed, de Lotte Reiniger, film d’animation enchanteur de 1926 réalisé en papier découpé.
 Le conte des trois frères
 
    Harry Potter et les reliques de la mort - Partie 1, David Yates (2010)
  Les aventures du prince Ahmed 1
 
    Les aventures du prince Ahmed, Lotte Reiniger (1926)
 
Malgré cela, l'intérêt d'Harry Potter et les reliques de la mort - Partie 1 est assez mince ! Aussi, pour faire passer ce spectacle un rien indigeste, vais-je regarder Le guépard ou lire quelques pages d’A l’ombre des jeunes filles en fleur. Cela me rafraîchira le cerveau. Ou alors, je vais préparer un article sur le projet d’adaptation d’A la recherche du temps perdu par Visconti. Quel dommage qu’il n’ait pu le mener à bien ! L’un de mes plus grands regrets… 
 
Ma note - 1,5/5

Commenter cet article