Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Harry Potter et les reliques de la mort - Deuxième partie (Harry Potter and the deathly hallows : part 2)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Harry Potter et les reliques de la mort II 3

 

Synopsis 

 

A l'aube d'une guerre sans précédent déclenchée par Voldemort (Ralph Fiennes), Poudlard se prépare à contrer l'offensive de celui dont on ne dit pas le nom. Harry Potter (Daniel Radcliffe) comprend rapidement que l'opération nécessitera un sacrifice qu'aucun sorcier n'a jamais fait, à savoir revenir d'entre les morts pour exterminer sa part ingérée, à travers sa blessure au front, de l'âme du maître des ténèbres…

 

Fiche techniqueHarry-Potter-et-les-reliques-de-la-mort-II---Affiche.jpg

 

Film américain

Année de production : 2011

Durée : 2h10

Réalisateur : David Yates

Scénario : Steve Kloves

Image : Eduardo Serra

Avec Daniel Radcliffe (Harry Potter), Rupert Grint (Ron Weasley),  Emma Watson (Hermione Granger), Ralph Fiennes (Lord Voldemort), Alan Rickman (Severus Snape)... 

 


 

Critique 

 

Ce final d’Harry Potter m’a autant passionné qu’un débat sur le caractère identitaire ou non de la production du saucisson d’âne en Corse. C’est dire ! En sorte que, comme pour chaque volet de cette interminable saga, je me suis autorisé un petit voyage astral (petit clin d’œil au très navrant Insidious de James Wan)...

 

J’entends déjà les adulateurs du jeune sorcier me dire que, puisque je ne suis pas amateur de cette série, je n’étais pas obligé de délester une nouvelle fois ma bourse de 6 euros. C’est que je ne suis pas sectaire ! Et que, dans ma grande naïveté, je crois toujours à un sursaut de génie possible de l’inénarrable David Yates. Las ! ce n’est pas le cas… Pourtant, mon ennui a été moins profond que lors du précédent opus. Sans doute parce que la mise en images de la bataille de Poudlard est assez réussie. Rien à voir, évidemment, avec celles du Seigneur des anneaux, mais quelques trouvailles visuellement assez intéressantes -les guerriers de pierre, par exemple- maintiennent l’attention. De plus, le film gagne en clarté sur le plan narratif, ce qui le rend davantage accessible aux moins initiés.

    Harry-Potter-et-les-reliques-de-la-mort-II-4.jpg

 

Mais trop de scories souillent encore cet épisode pour pleinement séduire. Certaines sont liées à l’histoire imaginée par JK Rowling. Cet antagonisme binaire entre bien et mal est loin de me satisfaire. On me répliquera probablement que je caricature ! Que l’histoire de Potter est infiniment plus complexe. Qu’elle est avant tout une quête identitaire d’un adolescent en train de devenir adulte… Il n’empêche, la construction du jeune homme s’inscrit dans un affrontement manichéen qui me rappelle trop la vision du monde développée par George W Bush au lendemain des attentats du 11 septembre.

Ensuite, il y a les défauts propres à la réalisation de Yates, souvent assez paresseuse. Les effets numériques de la scène d’incendie dans La salle sur demande sont ainsi particulièrement ratés (on imagine bien le fond vert…). Tout comme ceux de l’épilogue, où l’on voit l’un des marmots d’Harry traverser avec son chariot un mur de la gare de King’s cross. On dirait que la technique n’a pas évolué depuis Méliès. Je ne ferai pas de commentaire sur le vieillissement de Potter, consternant. Dire que le cinéaste anglais risque de devenir, dans deux ou trois décennies, dans le souvenir des adolescents d'aujourd'hui devenus adultes, une sorte de Spielberg des années 2000 ! Et qu'ils regarderont peut-être son cinéma indigent avec la même nostalgie que je considère celui de l'auteur de Rencontre du troisième type (voir ma critique de Super 8) !

 

Finalement, quel bilan tirer de cette saga ? Lord Voldemort en est sans doute le personnage le plus intéressant (même si, dans le film, on lui a donné une voix qui évoque un peu trop pour moi celle du père Fouras...). Aussi aurais-je préféré qu’il triomphât. Quand est-ce qu’on osera enfin faire la part belle au méchant dans une œuvre de fiction ? Car Harry, avec ses petites lunettes rondes et son air de premier de la classe, est particulièrement agaçant ! D’autant que l’interprétation de Radcliffe a toujours été d’un fade !

A lire :
Harry Potter et les reliques de la mort - Première partie

 

Ma note - 2/5

Commenter cet article