Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Insidious

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Insidious 1
 
Synopsis 
 
Josh (Patrick Wilson), son épouse Renai (Rose Byrne) et leurs trois enfants vivent depuis peu dans leur nouvelle maison lorsque l’aîné tombe dans un coma inexpliqué. Une succession de phénomènes paranormaux débute peu après. Un médium leur révèle alors que l’âme de leur fils se trouve quelque part entre la vie et la mort, dans la dimension astrale, et que les manifestations sont l’œuvre de forces maléfiques voulant s’emparer de son enveloppe corporelle. Pour le sauver, Josh va devoir lui aussi quitter son corps et s’aventurer dans l’au-delà ... 
 
Fiche techniqueInsidious - Affiche
 
Filma américain
Année de production : 2010
Durée : 1h43
Réalisation : James Wan
Scénario : Leigh Whannell
Avec Patrick Wilson (Josh Lambert), Rose Byrne (Renai Lambert), Ty Simpkins (Dalton Lambert), Lin Shaye (Elise Rainier)...  
 


Critique
 
La première partie d'Insidious respecte le cahier des charges habituel d’un film de maison hanté : portes qui claquent, grincements, lumières hésitantes, chuchotements inquiétants, jump scares supposés faire sursauter, apparitions furtives et malveillantes… Rien que de très convenu. Et pourtant, à ma grande surprise, je n’ai pas été insensible à ces effets classiques. Quelques frissons ont même parcouru mon échine percluse de douleurs…
 
Insidious 2 
Malheureusement, l'intrusion des deux comiques, je parle évidemment des chasseurs d’ectoplasmes tout droit sortis de Ghostbusters (on s'attend presque à entendre, au détour d'une scène, There's something strange and it dont't look good, who're you gonna call...) gâche tout. La rupture de ton est terrible. Et le film ne s’en remet pas. On peine d’abord à garder son sérieux, notamment lors de l'inénarrable séance médiumnique, lorsque Elise (Lin Shaye, rescapée des Griffes de la nuit et d'Amityville) met un masque à gaz relié à l'oreille d'un des deux clowns. Puis, peu à peu, on est gagné par l’ennui. A tel point que j’ai cru, moi aussi, faire un voyage astral, comme Dalton. Heureusement, il y a l’émouvant et doux minois de la craquante Rose Byrne pour empêcher le spectateur de sombrer dans un coma profond ! Car ce n’est pas la fin, prévisible à des kilomètres, qui est en mesure de retenir son attention…  
 
Bref, passez votre chemin, il n’y a pas grand chose à voir. Mais pouvait-on attendre autre chose du créateur de Saw ? Le plus triste, c'est que dans son numéro de juin, Mad Movies titre en couverture : Insidious, le film le plus terrifiant de l'année ? Il est vrai que l'auteur de cette accroche est assez prudent pour mettre un point d'interrogation... 
 
Ma note - 1,5/5

Commenter cet article