Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journée hommage à Georges Franju (16 avril 2012, Cinémathèque française)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Judex-1.jpg

 

Pour le vingtième anniversaire de la Cinémathèque française, Henri Langlois programma en trois séances l’intégralité des courts métrages de Georges Franju. Voici ce qu’il disait alors de son ami : Son œil est vierge. C’est cette ingénuité de l’œil, jointe à une honnêteté totale qui fait la force de Franju. Il lui suffit de regarder et de capter ce qu’il voit. Tous les cinéastes interprètent, lui, se contente de déshabiller l’objet, de le décrasser du vernis de l’habitude et de nous le révéler. C’est ainsi que, révolutionnaire malgré lui, pamphlétaire sans le savoir, d’une réalité qu’il s’efforce, en toute naïveté, à restituer dans son objectivité, Georges Franju se promène avec la grandeur du garnement du Conte d’Andersen qui voyait bien que le Roi était nu, et ne se gênait pas pour le dire. C’est pourquoi il est le seul réalisateur insolite de ce temps. 

 

Le 12 avril dernier, Franju, cofondateur de la Cinémathèque, aurait eu cent ans. Afin de lui rendre hommage, une rétrospective était envisagée. Hélas, d’obscures raisons juridiques ont obligé à différer ce projet, des oeuvres importantes –Thérèse Desqueyroux et Thomas l’Imposteur- ne pouvant être actuellement projetées. 

 

Judex-2.jpg 

Le centenaire de la naissance de Franju sera néanmoins commémoré le 16 avril. Grâce au concours de Gaumont et à celui de Jacques Champreux (petit-fils de Louis Feuillade et scénariste de Judex et Nuits rouges), plusieurs films en copie neuve (Hôtel des Invalides, Mon chien, Judex) ou en version restaurée (Les yeux sans visage) seront en effet présentés. Le documentaire d’André S Labarthe, Georges Franju, le visionnaire, introduira par ailleurs une table ronde réunissant le réalisateur et plusieurs artistes ayant collaboré avec Franju, parmi lesquels ses actrices Edith Scob et Francine Bergé, ainsi que Jean-Pierre Mocky. 

 

Un Zoom sur Judex sera en outre mis en ligne sur le site de la Cinémathèque. Il permettra d’explorer l’univers fantastique de Georges Franju qui, en 1963, adapta Judex en se souvenant de la magie du cinéma muet. Le visiteur sera convié à la découverte de ce film et du monde insolite du cinéaste, grâce à des extraits de films, dessins, photographies, archives, costumes et surtout les étonnants masques d’oiseaux de la scène du bal, conservés dans les collections de l’institution.

Commenter cet article

Rémi 14/04/2012 12:02

Merci !
Je suis également ton blog avec beaucoup d'intérêt :)

Rémi 14/04/2012 10:09

J'aimerais être Parisien pour en profiter... Faute de quoi je regarde les films chez moi, et j'en parle sur mon blog :) :

http://ilaose.blogspot.com/2012/04/judex.html

CHRISTOPHE LEFEVRE 14/04/2012 11:22



Moi aussi, je ne suis pas Parisien, hélas... pour la Cinémathèque... Je connais bien ton site, qui est remarquable. J'en suis admiratif  ! Et bel article sur Judex. J'aime notamment la référence à Feuillade, dont l'influence est évidente...