Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'affaire Rachel Singer (The debt)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

L-affaire-Rachel-Singer-1.jpg
 
Synopsis
 
En 1965, trois agents de renseignement israéliens, Rachel Singer (Jessica Chastain), David Peretz (Sam Worthington) et Stephan Gold (Marton Csokas) organisent la capture à Berlin-Est de Vogel (Jesper Christensen), l’un des anciens médecins du camp d'Auschwitz-Birkenau. Mais son transfert de l’autre côté du Rideau de fer tourne mal et les trois jeunes gens se retrouvent bloqués, dans l’attente que leur gouvernement trouve une solution pour leur exfiltration. La tension grandit peu à peu entre les membres du groupe, qui se rejettent la responsabilité de l’échec de l’opération. Une situation encore exacerbée par l’esprit manipulateur de Vogel et les sentiments que David et Stephan éprouvent pour Rachel. Le criminel nazi profite des dissensions entre ses gardiens pour s’échapper. Cependant, Rachel parvient in extremis à l’abattre. Leur mission accomplie, les trois agents rentrent en Israël, où ils sont accueillis en héros…
 
Fiche techniqueL-affaire-Rachel-Singer---Affiche.jpg
 
Film américain
Année de production : 2010
Durée : 1h54
Réalisation : John Madden
Scénario : Matthew Vaughn, Jane Goldman, Peter Straughan
Image : Ben Davis
Avec Ciarán Hinds (David Peretz), Sam Worthington (David Peretz jeune), Jessica Chastain (Rachel Singer jeune), Helen Mirren (Rachel Singer), Tom Wilkinson (Stephan Gold), Marton Csokas (Stephan Gold jeune), Jesper Christensen (Vogel)...
 


Critique
 
Kris Thykier, producteur de ce remake de La dette, d'Assaf Bernstein, décrit L'affaire Rachel Singer comme un film intelligent, excitant et plein de suspense, mené par des comédiens incroyables et une histoire palpitante. Il s’articule autour de sentiments complexes et fonctionne à un niveau psychologique et dramaturgique élevé, tout en réussissant à tenir les spectateurs en haleine. Rien que cela !
 
Ce thriller, certes assez efficace, en dépit de ses nombreuses invraisemblances (qui peut croire au combat final entre Rachel et Vogel, la soixantaine plus que dépassée pour la première, le second largement octogénaire ?), est cependant plombé par une psychologie pesante et par instant douteuse. John Madden, sept fois oscarisé pour le très négligeable Shakespeare in love (scandale d'autant plus absolu que ce triomphe s'est fait au détriment de La ligne rouge), nous présente en effet des Israéliens si fascinés par le criminel nazi qu’ils s’en trouvent paralysés. Une situation qui porte en filigrane une idée de faiblesse assez équivoque, car laissant entendre, par des dialogues pour le moins ambigus, que les victimes de la barbarie nazie ont, par leur absence de résistance, mérité leur sort.
 
L-affaire-Rachel-Singer-2.jpg
 
L’interprétation est assez terne. Jessica Chastain ne me convainc pas plus que dans The tree of life. Sam Worthington se révèle plus fade et inexpressif que jamais. Je pense qu’il devrait tout le temps être filmé en motion-capture. Helen Mirren, quant à elle, semble devenue (par quelle bizarrerie ?) une égérie du film d’espionnage et d’action. Déjà, dans Red, on la voyait en robe de soirée, mitrailleuse à la main, dégommant les gardes du corps du vice-président des Etats-Unis. Mais dans le film de Robert Schwentke, cela avait le mérite d’être décalé, donc drôle. Là, c’est presque grotesque. Finalement, comme souvent, le personnage le plus intéressant est celui du méchant. Jesper Christensen interprète à merveille cet être équivoque et manipulateur qu’est Vogel. Le problème, c’est que sa psychologie relève de James Bond (l’acteur danois incarne d’ailleurs M White dans Casino royal et Quantum of Solace). Alors qu’on parle ici d’un complice de Wirths, Mengele et Clauberg.

Un film maladroit, par conséquent. Pour ne pas dire dérangeant. La moyenne, tout de même, pour quelques scène assez prenantes.
Ma note - 2,5/5

Commenter cet article