Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le pacte (Seeking justice)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Le pacte 1
 
Synopsis
 
Laura Gerard (January Jones) est victime d’un violeur alors qu’elle rentrait chez elle. Son mari, Will (Nicolas Cage), est bientôt contacté par un inconnu, Simon (Guy Pearce), qui se présente comme le représentant d’un groupe de citoyens organisés pour rendre la justice. Il lui propose d’éliminer l’agresseur de sa femme, un récidiviste. En échange, on lui demandera de rendre quelques services. Désemparé, Will accepte. Le violeur est abattu. Mais quelque temps plus tard, Simon le recontacte : pour honorer son engagement, il doit tuer un pédophile présumé… 
 
Fiche techniqueLe pacte - Affiche
 
Film américain
Année de production :
Durée : 1h45
Réalisation : Roger Donaldson
Scénario : Robert Tannen
Avec Nicolas Cage ( Will Gerard), January Jones (Laura Gerard), Guy Pearce (Simon), Harold Perrineau (Jimmy), IronE Singleton (Scar)...    
 

 
Critique 
 
Un petit Nicolas Cage ! C’est souvent un nanar de derrière les fagots assuré ! A cet égard, Le pacte ne nous déçoit pas. Tout est en effet réuni pour stimuler nos zygomatiques (et ce n’est pas un luxe en ces temps de crise !)  : un scénario abracadabrantesque, plombé par d’inénarrables invraisemblances, des dialogues écrits avec le pied gauche, une mise en scène paresseuse -dire que Roger Donaldson, le réalisateur, prétend avoir été inspiré par The game de Fincher !- et une interprétation toujours autant premier degré de Cage, qui fait ici de nouveau escale à la Nouvelle-Orléans, après Bad Lieutenant. Je regrette qu’il ne nous ravisse pas d’une nouvelle fantaisie capillaire. Cette déception est cependant amplement compensée par l’improbable code permettant aux membres de l’organisation secrète de s’identifier : le hibou ravi jubile (pour humain, raison et jutice). Dès que je l’ai entendu, j’ai été persuadé qu’il cachait une contrepèterie. Cela m’a taraudé pendant tout le film, je voulais en décrypter le sens. Je n’y suis pas parvenu, hélas ! Si quelqu’un trouve une solution, je lui offre le DVD collector de Casablanca
  Le pacte 2
 
Je me demande par contre ce que Guy Pearce est venu faire dans cette galère. Nicolas Cage, c’est une évidence. Avec sa filmographie, Le pacte est taillé pour lui. En plus, il lui permet de rembourser ses dettes fiscales. Mais l’acteur australien ! On est loin de LA Confidential, The proposition et La route, Démineurs, Le discours d’un roi ou Animal kingdom 
 
Au-delà de la bonne blague, l’idéologie développée ici est assez embarrassante -pour de pas dire plus- et me rappelle l’ignoble Que justice soit faite. Comme ce vigilant movie, il légitime en effet en partie le recours à la vengeance pour pallier les carences du système judicaire. Il ne va certes pas aussi loin que le film de F Gary Gray, Will se rendant finalement compte que cela ne se fait pas (n’oublions pas que Cage a été nommé en 2009 ambassadeur de bonne volonté pour la justice dans le monde par l'office des Nations Unies contre la drogue et le crime : c’est dire s’il à une conscience aiguë du sujet !). Il n’empêche, on est bien dans la même veine, comme le prouve cette citation –détournée- d’Einstein mise en épigraphe du dossier de presse : Le monde est dangereux à vivre. Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. Toute une philosophie… 
 
Le pacte 3 
J’ai relevé tout de même deux scènes intéressantes. Celle se déroulant dans le Mercedes-Benz Superdome, durant un rallye de monster trucks. Le plan montrant l’arrivée de Simon est visuellement impressionnant. La confrontation entre Will et Simon est également filmée avec une certaine efficacité. De plus, le lieu où elle a été tournée, le New Orleans Center, un centre commercial abandonné depuis sa destruction par l’ouragan Katrina en 2005, offre un décor de cinéma idéal. 
 
Bien sûr, on me dira que je savais à quoi m’attendre en me déplacement. C’est vrai. Cependant, j’ai une certaine tendresse pour Nicolas Cage. Malgré les errances de sa carrière, je l’aime bien. Et puis, January Jones (Betty Draper dans Mad men) est canon. Comme le dit le dossier de presse du film, elle apporte beaucoup de couleurs à l'écran (je ne sais pas trop ce que cela veut dire, mais j’imagine que c’est un compliment).

Un dernier mot, avant de conclure, sur le titre original. Initialement, ce devait être The hungry rabbit jumps (pour human, reason et justice : cela vous rappelle quelque chose ?), soit en français Le lapin affamé saute. La production s’est finalement ravisée, préférant Seeking justice. Pourquoi tant de sobriété ?
    Le-pacte-5.jpg
 
PS - On pourrait imaginer des variantes pour le code. Pourquoi pas : Une Pipistrelle commune a été prise au piège dans mon bac à cendres (une réunion extravagante de mots qui devrait être moins populaire sur les moteurs de recherche que mon évocation de la poitrine de Keira Knightley, dans mon article sur J Edgar) ? C’est un peu long à dire, mais pas plus crétin…

Si vous avez des idées, n’hésitez pas à m’en faire part dans vos -éventuels, ne soyons pas trop outrecuidant !- commentaires. Dans le cas où personne ne trouverait la contrepèterie (après tout, il n’y en a peut-être pas), j’enverrai le collector de Casablanca à celui ou celle qui m’aura fait la proposition la plus amusante. Le pire, c'est que je suis parfaitement sérieux. Avis aux amateurs…
 
 
Ma note - 1/5

Commenter cet article

LeVeilleur 04/06/2012 18:27

j'ai vu également le film, et par contre, contrairement à toi je l'ai bien aimé, par contre également, je pense que tu n'as rien compris au film et qu'une deuxième vision s'impose car le film ne
fait pas du tout l'apologie du vigilante encore moins de la autodefense, faut-il être aveugle ou aveuglé pour voir ça dans le film. Mais en plus, rien ne dit à aucun moment que la personne tué par
le black du début est bien le violeur de la future femme de Will. Parfois quand on voit un film, il ne faut pas se contenter de le voir, mais aussi de le regarder ^^

CHRISTOPHE LEFEVRE 04/06/2012 20:15



Bah, je vais assumer ma bêtise, et rester dans mon erreur... c'est plus sage. Mais merci pour ton éclairage sur ce film essentiel...



julien77140 21/01/2012 23:57

Bon, je ne m'étendrais pas sur ce "film" avec Nicolas Cage... en fait, c'était juste pour te dire que Murnau est aussi pour moi en passe de devenir l'un de mes cinéastes fétiches. Sinon, il
faudrait que je me mette aussi à Dreyer: que me conseillerais-tu pour commencer?

CHRISTOPHE LEFEVRE 22/01/2012 01:02



Tout ! Mais Jour de colère, La passion de Jeanne d'Arc ou Le maître du logis, ce sont des chefs- d'oeuvre absolus. La passion existe chez Criterion. Les deux autres dans un coffret, assez cher
malheureusement, chez MK2. J'ai Chroniqué Le président sur ce blog, son premier film, ainsi que l'un de ses travaux de scénariste (L'argent). Le coffret MK2 contient également Vampyr (dispo aussi
à l'unité, avec en bonus un court-métrage, Ils attrapèrent le bas), Ordet et Gertrud. D'autres films, comme Once upon a time ou Pages arrachées au livre de Satan existent chez Danish film
classics. Enfin, Michael, est dispo chez MK2...