Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les biens-aimés

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Les-biens-aimes-1.jpg
 
Synopsis
 
En 1962 à Paris, Madeleine (Ludivine Sagnier), vendeuse de chaussure, se prostitue occasionnellement pour arrondir ses fins de mois. C’est ainsi qu’elle rencontre Jaromil (Rasha Bukvic), un médecin tchèque, qui tombe bientôt amoureux d’elle. La jeune femme se laisse convaincre de le suivre à Prague. Mais l’homme ne tarde pas à la tromper. En 1968, alors que les chars soviétiques pénètrent dans la capitale tchèque, Madeleine s’enfuit avec sa fille, Véra. Dix ans plus tard, Jaromil la retrouve à Paris, à l’occasion d'un congrès… 
 
Fiche techniqueLes-biens-aimes---Affiche.jpg
 
Film français
Année de production : 2011
Durée : 2h19
Réalisation : Christophe Honoré
Scénario : Christophe Honoré
Image :
Rémy Chevrin
Avec Chiara Mastronianni (Véra Passer), Catherine Deneuve (Madeleine), Ludivine Sagnier (Madeleine jeune), Milos Forman (Jaromil Passer)...
 

 
Critique 
 
Les spectateurs des Bien-aimés doivent supporter la nouvelle purge de Christophe Honoré pendant 2h19. Une épreuve plus longue qu’un Marathon : les meilleurs athlètes le courent en 2h03 pour les hommes (Haile Gebreselassie) et 2h15 pour les femmes (Paula Radcliffe). C’est rude ! Surtout si, comme moi, l’on souffre d’un léger tassement lombaire. 
 
Ce film conforte -était-il besoin d’une confirmation ?- ce que je disais à propos du cinéma français d’aujourd’hui dans ma précédente critique, consacrée à The murderer (lui aussi dure 2h20, mais c’est le seul point commun entre les deux). Ce nouvel opus de l’auteur de La belle personne est en effet une œuvre sans imagination, sans ambition, bref sans prise de risque. Bon, là, je suis un peu injuste, car faire chanter Ludivine Sagnier, c’en est un.
 
Les biens-aimés 2 
Pour être tout à fait honnête, je dois confesser mon peu de goût pour les films musicaux, un genre que je trouve trop artificiel. Mon jugement n’est donc pas très objectif. Néanmoins, rien n’est fait ici pour me faire changer d’avis. Tout sonne faux. Et pas seulement les voix des acteurs (il est à cet égard singulier que le seul vrai chanteur du casting, Michel Delpech, soit le seul interprète à ne pas chanter : mais peut-être est-ce cela l’audace made in France !). Je parle de l’histoire, dépourvue d’intérêt, des dialogues, d’une mièvrerie sans nom, du jeu exagérément appuyé des comédiens (pathétique fin de carrière pour Miloš Forman, réduit ici à manger de la choucroute et à prendre une branche sur la tête), des couleurs outrageusement acidulées, des mélodies un peu trop doucereuses d’Alex Beaupain… On ne peut même s’attacher aux personnages, tous plus antipathiques les uns que les autres !
 
Ma note - 1,5/5

Commenter cet article