Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les désarrois de l'élève Törless (Der junge Törleß)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Les-desarrois-de-l-eleve-Torless-1.jpg
 
Synopsis 
 
Un groupe de jeunes gens s’en va à travers la campagne vers la bourgade où se trouve leur collège. Parmi eux se trouve Thomas Törleß (Mathieu Carrière). Cet adolescent sensible et réservé est un nouveau pensionnaire de cet établissement réservé aux fils de bonne famille. Etablissement dont il va peu à peu pénétrer la vie secrète grâce aux liens qui vont l’unir à deux de ses condisciples, Beineberg (Bernd Tischer) et Reiting (Alfred Diertz). Ces derniers développent de singulières théories sur la race des maîtres et celle des esclaves, qu’ils mettent en pratique la nuit, dans un lieu secret, en tourmentant l’un de leur camarade coupable de vol, Anselm von Basini (Marian Seidowsky). Spectateur passif de ces évènements, Törleß va alors essayer de trouver un sens à leurs actes, à leurs motivations… 
 
Fiche techniqueLes-desarrois-de-l-eleve-Torless---Affiche.jpeg
 
Film allemand
Année de production : 1966
Durée : 1h27
Réalisation : Volker Schlöndorff
Image : Franz Rath
Avec Mathieu Carrière (Thomas Törleß), Marian Seidowsky (Anselm von Basini), Bernd Tischer (Beineberg), Barabara Steele (Bozena)...
 

 
Critique 
 
Adaptation d'un roman de Robert Musil (Die Verwirrungen des Zöglings Törleß), Les désarrois de l'élève Törleß, produit par Louis Malle, est la première réalisation de Volker Schlöndorff. 
 
Au-delà de son évocation, somme toute assez conventionnelle, de la vie d’un pensionnat, avec ses rites, ses personnages (tortionnaire, souffre-douleur) et ses thématiques (découverte de la sexualité, homosexualité) incontournables, cette peinture des jeux interdits de l'adolescence est surtout une parabole glaçante sur le nazisme (même si le livre de Musil fut publié en 1906), comme le récent Ruban blanc de Michael Haneke. D'abord en raison de l'origine juive de la victime de Beineberg et Reiting. Ensuite parce que l'attitude de Törleß, partagé entre son désir de comprendre le délire qui anime ses condisciples, la compassion qu'il ressent pour Basini, mais aussi le mépris que suscite en lui la passivité de ce dernier, qui finit dans son esprit par mériter son sort, annonce l'inertie, l'indifférence du peuple allemand face aux crimes du régime hitlérien.
    Les-desarrois-de-l-eleve-Torless-5.jpg
 
Les paroles que Törleß prononce devant ses professeurs, avant de quitter l'école, sont édifiantes. Avec la même froideur qui l'animait lorsqu'il voulait pénétrer certains mystères mathématiques, il explique que l'expérience vécue par Basini, ainsi que le comportement de ses persécuteurs, doivent être acceptés, à défaut d'être compris. Le mal existe naturellement chez l'Homme ordinaire, qui a en lui une part d'ombre, comme les nombres complexes ont une partie imaginaire : Quand j'en ai entendu parlé [du vol de Basini], j'ai trouvé ça monstrueux. Je pensais qu'il fallait le livrer à l'autorité. Mais le châtiment m'indifférait. J'avais un autre point de vue sur tout ça. J'étais pris de vertige [...]. Basini était un élève comme les autres. Quelqu'un de tout à fait normal. Soudain, il a connu la chute. J'avais bien sûr déjà réfléchi à l'humiliation, à l'avilissement, mais sans l'avoir jamais vu. Et puis c'est arrivé à Basini. Je devais admettre que cela existe, que l'Homme n'est pas créé bon ou mauvais, mais change perpétuellement. Qu'il est créé par ses actions. Si nous changeons ainsi, si nous pouvons être victime ou bourreau, alors tout est possible. Les pires atrocités sont possibles. Il n'ya pas de mur entre le bien et le mal. Les deux se confondent. Un Homme normal peut faire des choses horribles. La seule question est : comment est-ce possible ? Je n'ai rien dit pour pouvoir observer. Je voulais savoir comment c'est possible. Ce qui se passe quand un être s'humilie ou fait preuve de cruauté. Hier, je pensais que le monde s'écroulerait. Aujourd'hui, je sais que non. Ce qui de loin semble atroce, inconcevable, se produit simplement, tranquillement, naturellement. Et il faut y prendre garde. Voilà ce que j'ai appris. 
 
Les-desarrois-de-l-eleve-Torless-3.jpg 
Evocation d’une génération qui portera Hitler au pouvoir trente ans plus tard, ce film commence et s'achève par la vue d'une voie de chemin de fer, rappel sinistre de l'entrée d'un camp de concentration. Mais le propos de Volker Schlöndorff déborde le simple cadre historique du Nazisme. L'analyse fine qu'il nous propose des raisons qui poussent les Hommes à chercher des boucs émissaires a en effet une valeur universelle, qui trouve une résonance aujourd'hui, notamment dans le lien établit par certains gouvernements européens (France, Italie...) entre insécurité et accueil des étrangers... 
 
Sur le plan formel, Volker Schlöndorff recourt ici -autre ressemblance avec le film d'Haneke- à un noir et blanc dont la sécheresse expressionniste rend parfaitement compte de l'âpreté des rapports entre les personnages. On est loin, ici, de l’imagerie poétique retenue par Christian-Jaque pour Les disparus de Saint-Agil (1938).

Côté interprétation, on retiendra notamment la composition de Mathieu Carrière (il s'agit de son deuxième film), dont le visage froid et distancié confère à Törleß toute sa complexité. On relèvera aussi la présence au générique de Barbara Steele, une habituée du cinéma d’épouvante (Le masque du démon de Mario Bava, La chambre des tortures de Roger Corman, L'effroyable secret du Dr Hichcock de Riccardo Freda).
 Les-desarrois-de-l-eleve-Torless-4.jpg
 
A noter pour conclure que ce film a obtenu en 1966 le prix Fipresci, une récompense remise dans le cadre du Festival de Cannes par un jury constitué de critiques de cinéma internationaux par l'intermédiaire de la Fédération internationale de la presse cinématographique. Il est disponible dans une belle édition DVD éditée par Criterion (zone 1), sous le titre Young Törless. 
 
 Ma note - 4/5

Commenter cet article

mymp 29/11/2011 23:17

Comme quoi tu vois, Kevin est un GRAND film s'inspirant des meilleurs ! Tu devrais le revoir pour te rendre compte de ça avant la fin de l'année pour qu'il soit n°1 de ton top !

CHRISTOPHE LEFEVRE 29/11/2011 23:31



Peut-être... On passe parfois à côté de certains films. Une question d'état d'esprit. Et dans le cas de Kevin, si on le voit on n'étant pas forcément très bien soit même, cela a du mal à passer !
Il faudrait que je le revois, mais il ne passe plus. Et la sortie DVD ne devrait pas avoir lieu avant la fin de l'année



mymp 27/11/2011 12:20

Merci pour la madeleine, Christophe ! Diantre, j'ai vu ce film alors que j'avais 20 ans et que j'écumais les salles obscures du quartier latin. Il m'avait marqué sur le coup (je n'avais pas encore
vu de films sur des adolescents aussi cruels, et Funny games viendra plus tard...), sauf que quelques jours plus tard, je découvrais Portier de nuit et Salo, du coup je l'avais éclipsé de ma
mémoire tellement Salo m'avait marqué. C'est marrant de m'en rappeler maintenant, je vais aller lire d'autres trucs sur lui.

CHRISTOPHE LEFEVRE 28/11/2011 09:01



C'est sur que Salo, c'est aussi marquant... Törless est un film dont on parle peut aujourd'hui. Je l'ai revu à la télé, sur une châine cinéma il y a quelques mois... Finalement, cela préférgure
un peu Kevin Cinéma(s) Le France à Seint Etienne propose une étude assez complète du film...