Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mobilisation en faveur de Cinecittà

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Gregory Crewdson - Sanctuaire 3

 

Cinecittà, c’est, entre autres, L’adieu aux armes, Amarcord, Ben-Hur, La cité des femmes, Cléopâtre, Les clowns, Les damnés, La dolce vita, Et pour quelques dollars de plus, Fellini Roma, Gangs of New York, Il était une fois dans l’Ouest, Il était une fois en Amérique, Mort à Venise, Le nom de la rose, Le parrain 3, Salò ou les 120 Journées de Sodome, Les Vitelloni… Depuis son inauguration, en 1937, Hollywood sul Tevere, comme disent les Italiens, nous a donc offert quantité d’images propres à nous émerveiller. Mais le rêve s’est en partie brisé dans la nuit du 9 au 10 août 2007, quand un incendie ravagea près de 4 000 m² des 40 hectares du complexe cinématographique. L'intervention rapide des pompiers permit néanmoins de sauver des décors historiques, comme ceux de Ben-Hur. 

 

Demain, le mythique studio pourrait subir une atteinte plus grave encore, celle de l’argent. Luigi Abete, Président de Cinecittà, un banquier de la BNL (liée à la BNP), l’un des principaux financeurs du cinéma italien, entend réorganiser le site en faisant venir des partenaires étrangers susceptibles de valoriser ses structures, tout en fournissant des services plus flexibles, soi-disant mieux appropriés à la demande. Son objectif, créer une sorte de hub –le vilain mot !- cinématographique avec hôtels, théâtres, installations techniques, centres de postproduction audio et vidéo. Emmanuel Gout, PDG de Cinecittà Word et chargé de mission stratégique après du président Abete, assure que Cinecittà restera un site historique protégé et qu’aucun licenciement n’est prévu. Tout au plus des redéploiements de personnels -on peut tout mettre derrière ce terme…- seraient-ils envisagés. 

 

Gregory Crewdson - Sanctuaire 4 

Le discours est assez différent du côté des représentants des salariés. Selon eux, le plan pourrait entraîner la suppression de postes d'ingénieurs du son, de concepteurs de décors et de costumiers qui ont des décennies d'expérience. Le projet prévoirait également l'éclatement des studios en plusieurs points, avec un nombre croissant de sous-traitants : La direction veut se concentrer sur l'activité non cinématographique, explique Francesco Mancini, constructeur de décor, et déplacer l'activité hors de Rome avec des employés précaires (source AFP). 

 

L'association des réalisateurs italiens a adressé une lettre ouverte au président de la République, Giorgio Napolitano, signée par de grands metteurs en scène internationaux. Une pétition initiée par la société des Auteurs-Réalisateurs-Producteurs (ARP) vient par ailleurs d’être mise en ligne. En voici le contenu : Alertés par leur confrère Ettore Scola, les cinéastes européens sont scandalisés de constater que les Studios Cinecittà, haut-lieu du patrimoine cinématographique mondial, sont mis en péril pour des motifs spéculatifs, et honteusement considérés avec aussi peu d’égards qu’un parking ou un supermarché. Est-il urgent de détruire ce lieu inséparable du cinéma de Fellini, Visconti, Comencini, Lattuada, entre autres, pour construire un centre de fitness ? Maigrir aux dépends du patrimoine et de la culture, tout un symbole : même sous Berlusconi, ils n’avaient pas osé. Les cinéastes et professionnels européens appellent chacun à la mobilisation pour sauver ce berceau du cinéma européen, et demandent aux autorités européennes d’agir rapidement et avec responsabilité, pour protéger et classer ce monument historique de la culture. Vous pouvez signer ce texte via ce lien. 

 

Gregory Crewdson - Sanctuaire 5 

On pourra toujours dire que les syndicats sont toujours prompts à se mobiliser dès qu’un changement est annoncé. Il n’empêche qu’on sait aussi ce dont sont capables les speculateurs. Il convient par conséquent d’être vigilant. A l’heure où j’écris, plus de 2 700 personnes ont déjà répondu à l’appel des défenseurs de Cinecittà. 

 

Si les craintes des personnels s’avéraient justifiées, et si la mobilisation ne parvenait pas à faire plier le Capital, il ne nous resterait plus qu’à revoir le très beau film de Fellini, Intervista (1987), ou nous promener virtuellement dans les décors de carton-pâte de ce lieu mythique grâce aux belles photographies de Gregory Crewdson, qui illustrent cet article, et que vous pouvez retrouver dans Sanctuaire (Editions Textuel).

Commenter cet article

Eeguab 04/08/2012 08:23

Bonjour Christophe.Tristesse si cela se confirme.Notre cher Maestro Federico était un précurseur et un clairvoyant comme tu l'as justement écrit.Il suffit de revoir Intervista. A bientôt.

CHRISTOPHE LEFEVRE 05/08/2012 01:00


J'espère qu'un peu de respect subsistera a l'égard de ce lieu...


Wilyrah 02/08/2012 18:13

Bel article !

CHRISTOPHE LEFEVRE 02/08/2012 19:07



Merci... C'est important