Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Stanley Kubrick's Napoleon : the greatest movie never made (Collectif)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Napoleon---Taschen---Kubrick-1.jpg

 

Depuis une quarantaine d’années, les admirateurs de Kubrick s’interrogent sur le film que le réalisateur projetait de consacrer à Napoléon Bonaparte. A la fois étude de caractère et épopée grandiose, avec scènes de bataille et figurants par milliers, cette œuvre ne vit jamais le jour, les grands studios, d’abord la MGM, puis United Artists, ayant jugé l’aventure trop risquée. 

 

Pour écrire son scénario, Kubrick se lança dans d’intensives recherches. Grâce à la collaboration d’une dizaine d’assistants, d’un spécialiste de Napoléon enseignant à Oxford, il rassembla ainsi un matériau d’une valeur documentaire sans égale, qui inclut notamment environ 15 000 photos de repérage et quelques 17 000 diapositives sur l’iconographie napoléonienne. A l’initiative de la maison d’édition Taschen, ce corpus documentaire a été mis à la disposition des amateurs (fortunés !) de Kubrick en 2009, sous la forme d’un ensemble de dix volumes réunis dans un étui imitant la reliure d’un ouvrage d’histoire napoléonienne. Le tout pour la modique somme de... 1 000 euros !

 Napoléon - Taschen - Kubrick 2

 

Une version plus accessible (49,99 euros) est aujourd’hui mise en vente. Le lecteur pourra ainsi parcourir une partie de la correspondance et du matériel de recherche de Kubrick sur le sujet, notamment diverses études de costumes, photos de repérage et versions du scénario, dont l’ultime mouture est reproduite en fac-similé. Le cahier consacré aux textes se compose d’études replaçant le scénario dans un contexte historique et esthétique, d’un article de Jean Tulard sur Napoléon au cinéma et d’une retranscription des entretiens entre Kubrick et l’historien Felix Markham. Cet ouvrage offre enfin un accès exclusif à une base de données permettant de consulter et de télécharger l’intégralité du dossier iconographique de Kubrick.

Commenter cet article