Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The man from nowhere (아저씨)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

The-man-from-nowhere-1.jpg

 

Synopsis 

 

Cha Tae-sik (Bin Won) est un ancien agent des forces spéciales reconverti, à la suite d’un drame ayant entraîné la mort de sa femme, en prêteur sur gage. Il mène une existence solitaire. L’un de ses rares contacts avec l’extérieur est Jeong So-mi (Sae-ron Kim), la fille d’une de ses voisines. Mais cette dernière s’est emparée d’une livraison d’un parrain de la drogue, un geste qui va la placer au cœur d’une lutte entre deux gangs de trafiquants. Lorsque la jeune femme et son enfant sont enlevés par deux frères, Man-seok (Kim Hee-won) et Jong-seok (Kim Sung-oh), Cha décide de sortir de sa retraite…

 

Fiche techniqueThe-man-from-nowhere---Affiche.jpg

 

Film coréen

Année de production : 2010

Durée : 1h59

Réalisation : Jeong-beom Lee 

Scénario : Jeong-beom Lee 

Image : Tae-yoon Lee 

Avec Bin Won (Cha Tae-sik), Sae-ron Kim (Jeong So-mi), Hee-won Kim (Man-seok), Thanayong Wongtrakul (Ramrowan), Seong-oh Kim (Jong-seok)... 

 


 

Critique 

 

Grand prix du troisième Festival international du film policier de Beaune, The man from nowhere n’a pas eu les honneurs d’une exploitation en salle. Une décision pour le moins incompréhensible, car le cinéma coréen a aujourd’hui un public fidèle…

 

Cette histoire n’est pas sans évoquer -en mode mineur cependant- Breathless. On retrouve en effet chez Cha Tae-sik la même incapacité à communiquer que chez Sang-hoon, le héros du film de Yang Ik-Joon, même si celle-ci s’exprime de manière différente. Dans les deux cas, c’est par l’amitié, avec une fillette pour l’un (contrairement à certains commentateurs, je n'ai pas vu dans cette relation d’autres sentiments, plus ambigus), une adolescente pour l’autre, que le rempart d’insensibilité et de solitude dont se protègent les deux hommes se fissure peu à peu. La violence y est également tempérée par l'humour et des fulgurances d'émotion assez inhabituelles dans ce genre.

 The-man-from-nowhere-2.jpg

 

D’une manière plus générale, The man from nowhere reprend les recettes les plus éprouvées du polar made in Corée du Sud : mise en scène très stylisée, nombreuses séquences nocturnes, vision très sombre de la société coréenne, et notamment de l’action policière… Néanmoins, jamais Jeong-beom Lee n’atteint le niveau de virtuosité de ses compatriotes les plus illustres, comme Na Hong-jin (The chaser, The murderer). La première partie manque même un peu de rythme, tandis que l’intrigue n’est pas toujours des plus claires. Des défauts que font toutefois oublier -partiellement- l’attendrissante relation entre Cha Tae-sik et Jeong So-mi et quelques scènes très efficaces (le combat dans les sanitaires du night-club ou l’affrontement au couteau entre Cha Tae-sik et Ramrowan). 

 

The man from nowhere n’est donc pas un monument d’originalité. Il est aussi inégal dans sa forme. En sorte qu’il souffre de la comparaison avec les principales réussites du cinéma policier coréen. Le résultat est pourtant très loin d’être infâmant et n’explique pas le choix des distributeurs d'une sortie directe en DVD… 

 

Ma note - 2,5/5

Commenter cet article