Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #livres tag

La couleur retrouvée du voyage dans la Lune (Collectif)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

La couleur retrouvée du voyage dans la Lune 2 

La Fondation Groupama Gan pour le cinéma et la Fondation Technicolor pour le patrimoine du cinéma viennent d’éditer La couleur retrouvée du voyage dans la Lune. 

 

Cet ouvrage bilingue (français-anglais) s’ouvre sur une évocation très complète de la vie de Georges Méliès et sur sa contribution à la naissance du spectacle cinématographique. Il raconte ensuite la genèse du Voyage dans la Lune, dont son auteur disait : Cette pièce n’est certes pas ma meilleure, mais on en parle encore après trente ans ! Elle a laissé un énorme souvenir, étant la première du genre. Bref, on la considère comme mon chef-d’œuvre – je n’ai qu’à m’incliner. On découvre, grâce à une très riche iconographie, les conditions du tournage dans les studios de Montreuil et les origines de l’histoire (De la Terre à la Lune et Autour de la Lune de Jules Verne, Les premiers Hommes dans la Lune d’Hebert George Wells, Le voyage dans la Lune d'Albert Vanloo, Eugène Leterrier et Arnold Mortier, qui donna lieu à un opéra-féerie en quatre actes d’Offenbach). 

 

Le voyage dans la Lune - Tournage aux studios de Montreuil 

Dans une troisième partie, ce livre s’intéresse à l’utilisation de la couleur chez Méliès, aussi bien sur le plan technique qu’esthétique, grâce à une conséquente galerie de photographies illustrant les principales scènes du Voyage dans la Lune. Il se clôt sur une analyse de l’héritage laissé par le cinéaste, une interview de Jean-Benoît Dunckel et Nicolas Godin du groupe Air, auteurs de la nouvelles bande son, et sur le processus de restauration du film. 

 

Un bel ouvrage, donc, également très érudit, disponible dans le commerce pour une quinzaine d’euros… mais téléchargeable gratuitement sur le site de la Fondation Groupama Gan, ou ci-dessous…

 

La couleur retrouvée du voyage dans la Lune, Collectif (Fondation Groupama Gan pour le cinéma - Fondation Technicolor pour le patrimoine du cinéma, 2011)

Voir les commentaires

La préhistoire du cinéma de Marc Azéma

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

La préhistoire du cinéma

 

Dans La grotte des rêves perdus, le très beau documentaire de Werner Herzog consacré à la grotte de Chauvet-Pont-d’Arc, j’évoquais la sortie imminente aux éditions Acte Sud d’un ouvrage intitulé La préhistoire du cinéma, de Marc Azéma.

Dans ce livre, publié il y a déjà quelques semaines, l’auteur, spécialiste de l'art pariétal, invite à un voyage fascinant à travers l’art et le temps, pour démontrer que les techniques cinématographiques ont toujours été présentes et que l’archéologie du Septième art est bien plus ancienne qu’on ne le croit. Selon lui, les peintres du Paléolithique décomposaient des histoires complexes en tableaux successifs, comme dans une bande dessinée ou un film. Les artisans de cette époque auraient même mis au point le premier Thaumatrope, un jouet optique exploitant le phénomène de la persistance rétinienne, supposé avoir été inventé par John Ayrton Paris ou William Henry Fitton… vers 1820-1825…

Son propos nous permet également de redécouvrir les différentes inventions -aux noms étranges- qui ont marqué le précinéma, tels le Phénakistiscope de Joseph Plateau, le Zoopraxiscope d’Eadweard Muybridge, le Zootrope de William George Horner ou encore le Praxinoscope d’Emile Reynaud. Captivant, même s’il faut être passionné par le sujet…
 

 

La préhistoire du cinéma, Marc Azéma (Acte Sud, 2011)

Voir les commentaires

Scorsese par Scorsese de Michael Henry Wilson, Cinéma et peinture de Joëlle Moulin

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Les Cahiers du cinéma viennent de rééditer Scorsese par Scorsese , le livre d’entretiens de Michael Henry Wilson avec l’auteur de Taxi driver. Les chapitres restituent la chronologie des rencontres entre les deux hommes et couvrent toute la filmographie du réalisateur, de ses premiers courts métrages à Shutter island. La qualité des propos confèrent à l’ensemble une grande qualité littéraire et le mouvement du récit, celui de la création d’une œuvre par l’artiste lui-même. Pour illustrer ses propos, Scorsese a largement ouvert ses archives personnelles : notes, dessins, manuscrits, story-boards, photos de famille ou de plateau, tout document pouvant éclairer ses trente ans de conversations avec Wilson. Une biofilmographie complète cette riche iconographie. 

 

Cinéma et peinture 

Citadelles & Mazenot publie pour sa part un ouvrage intitulé Cinéma et peinture. Signé Joëlle Moulin, diplômée de l’Ecole du Louvre, il analyse les rapports entre la peinture et le Septième art, des frères Lumière à David Lynch, en passant par Renoir, Welles, Ford, Kubrick, Lang, Hitchcock ou encore Chaplin. Il se décline en sept parties : un peintre au cinéma, Vincent Van Gogh ; le style au cinéma ; le rôle des tableaux dans les films ; Edward Hopper dans quelques films ; le cinéaste et son modèle ; analogies de motifs ; passeurs d’images. Comme toujours chez cet éditeur, ce livre est très richement illustré, mais aussi assez cher (près de 70 euros).

Voir les commentaires

La parade est passée... de Kevin Brownlow

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

La-parade-est-passee.jpg

 

Les éditions Actes Sud et l’Institut Lumière ont la bonne idée de publier l’opus magnum de l’historien Kevin Brownlow, La parade est passée..., qui n’avait jamais été traduit en français. Ce livre indispensable pour les amateurs de cinéma muet rassemble les témoignages des plus grands réalisateurs et acteurs de l’âge d’or d’Hollywood. Au fil des pages, le monde de Louise Brooks, Douglas Fairbanks, Buster Keaton ou Gloria Swanson revit sous la plume alerte et érudite d’un homme qui, à lui seul, a contribué à sauver des dizaines de chefs-d’œuvres du cinéma. On lui doit notamment la reconstitution la plus importante du Napoléon d'Abel Gance, auquel il a consacré une vingtaine d'années, identifiant dix-neuf versions différentes.

 

A noter que Kevin Brownlow a été récompensé par un Oscar d'honneur lors de la dernière cérémonie des Oscars, le 27 février 2011. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur cet auteur, je recommande le passionnant entretien qu’il accorda au site DVD Classik en novembre 2008 (voir ce lien).

La parade est passée, Kevin Brownlow (Actes Sud – Institut Lumière, 2011)

Voir les commentaires

Fritz Lang au travail de Bernard Eisenschitz

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Toujours dans le cadre de l’exposition Fritz Lang qui se déroulera cet automne à la Cinémathèque française, les Cahiers du cinéma (et les éditions Phaidon) publieront très prochainement Fritz Lang au travail, un ouvrage de référence sur le cinéaste allemand. Signée Bernard Eisenschitz, éminent critique et historien du cinéma, cette étude exhaustive conduit le lecteur des premiers films expressionnistes du réalisateur à ses derniers films noirs américains. Quatre focus mettent l'accent sur un aspect d'un film, un thème ou un genre. Une iconographie exceptionnelle, provenant des archives de Lang, illustre par ailleurs le propos de l’auteur : photographies de plateaux, de tournages, affiches, storyboards, dessins et scripts annotés, dont certains inédits…

 Fritz Lang au travail 2

 

Je signale également la sortie chez Steidl d’un livre reproduisant l’album photographique réalisé par Horst von Harbou (le frère de la scénariste et femme de Fritz Lang) sur le tournage de Metropolis, ainsi qu’un numéro spécial de L’avant-scène cinéma (n° 585) consacré à ce monument du Septième art.

Voir les commentaires

Dictionnaire des acteurs du cinéma muet en France de Jacques Richard

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Dictionnaire des acteurs du cinéma muet

 

Les Editions de Fallois viennent de publier un Dictionnaire des acteurs du cinéma muet en France. Un ouvrage essentiellement destinés aux spécialistes et aux amateurs du cinéma des origines. Cette somme de plus de 900 pages, fruit de quelques vingt années de travail, vaut tout de même d’être signalée et saluée.

 

Signé Jacques Richard, qui fut journaliste à L’Aurore et au Figaro, ce livre représente un apport unique à la connaissance des premiers temps du Septième art, époque de toutes les innovations. D’Aimos à Fred Zorilla, ce sont près de 750 acteurs qui sont évoqués ici. Beaucoup de ces étoiles du silence ont disparu à l’arrivée du parlant sans laisser de trace. Ce dictionnaire leur offre la part de mémoire qu’elles méritent, notamment grâce à une iconographie très riche (690 photos). La grande variété des sources (presse de l’époque, écrits autobiographiques, souvenirs…) rend la lecture de cet ouvrage particulièrement vivante. Car se ne sont pas seulement des carrières qui sont évoquées, mais les destins, heureux ou tragiques, de cette chair du cinéma français, pour reprendre une belle expression de l’avant-propos.

 

Dictionnaire des acteurs du cinéma muet en France, Jacques Richard, en collaboration avec Mireille Beaulieu, François Francart, Philippe d’Hugues, Jacques Malthête (Editions de Fallois – 2011) 

Voir les commentaires

Un troisième visage de Samuel Fuller

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Livre-Fuller.jpg

 

Les éditions Allia viennent de publier l’autobiographie de Samuel Fuller, Third face : my tale of writing, fighting and filmmaking.

 

Dans cet ouvrage richement illustré, traduit par Hélène Zylberait sous le titre Un troisième visage, l’auteur d’Au-delà de la gloire retrace son parcours de journaliste spécialisé dans les affaires criminelles, mais aussi l'époque qu'il a traversée, marquée par la Prohibition, la crise économique de 1929 et la Seconde guerre mondiale. Il évoque également sa rencontre avec Al Capone et ses amitiés avec Martin Scorsese ou Quentin Tarantino.

 

Un troisième visage, Samuel Fuller (Allia, 2011)

Voir les commentaires

Stanley Kubrick's Napoleon : the greatest movie never made (Collectif)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

Napoleon---Taschen---Kubrick-1.jpg

 

Depuis une quarantaine d’années, les admirateurs de Kubrick s’interrogent sur le film que le réalisateur projetait de consacrer à Napoléon Bonaparte. A la fois étude de caractère et épopée grandiose, avec scènes de bataille et figurants par milliers, cette œuvre ne vit jamais le jour, les grands studios, d’abord la MGM, puis United Artists, ayant jugé l’aventure trop risquée. 

 

Pour écrire son scénario, Kubrick se lança dans d’intensives recherches. Grâce à la collaboration d’une dizaine d’assistants, d’un spécialiste de Napoléon enseignant à Oxford, il rassembla ainsi un matériau d’une valeur documentaire sans égale, qui inclut notamment environ 15 000 photos de repérage et quelques 17 000 diapositives sur l’iconographie napoléonienne. A l’initiative de la maison d’édition Taschen, ce corpus documentaire a été mis à la disposition des amateurs (fortunés !) de Kubrick en 2009, sous la forme d’un ensemble de dix volumes réunis dans un étui imitant la reliure d’un ouvrage d’histoire napoléonienne. Le tout pour la modique somme de... 1 000 euros !

 Napoléon - Taschen - Kubrick 2

 

Une version plus accessible (49,99 euros) est aujourd’hui mise en vente. Le lecteur pourra ainsi parcourir une partie de la correspondance et du matériel de recherche de Kubrick sur le sujet, notamment diverses études de costumes, photos de repérage et versions du scénario, dont l’ultime mouture est reproduite en fac-similé. Le cahier consacré aux textes se compose d’études replaçant le scénario dans un contexte historique et esthétique, d’un article de Jean Tulard sur Napoléon au cinéma et d’une retranscription des entretiens entre Kubrick et l’historien Felix Markham. Cet ouvrage offre enfin un accès exclusif à une base de données permettant de consulter et de télécharger l’intégralité du dossier iconographique de Kubrick.

Voir les commentaires