Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une femme douce (Robert Bresson)

Publié le par CHRISTOPHE LEFEVRE

femme_douce_3.jpg

 

Je signale la ressortie prochaine (6 novembre 2013), en version restaurée d’une Femme douce, de Robert Bresson (distribution : Les Acacias). Cette adaptation d’une nouvelle de Dostoïevski (La douce), invisible depuis plus de vingt ans au cinéma, marque les débuts à l’écran de la toute jeune Dominique Sanda (elle avait seize ans quand le cinéaste la contacta).

 

 

Ce film raconte l’histoire d’une jeune femme qui, blessée par la froideur et la jalousie de son mari (Guy Frangin), se suicide. Construit sur un flashback, il marque la première utilisation de la couleur par Bresson. Auteur réputé austère, il dresse ici un beau portrait de femme, sensuel et émouvant : « Bresson, continuant de s’enhardir, nous montre pour la première fois son héroïne nue, de face comme de dos (Jean-Michel Frodon, Robert Bresson, Cahiers du cinéma, 2008) ». Bresson s'expliqua sur ce choix, expliquant qu'une « certaine forme de sensualité ne peut être évoquée sans la vision du nu ». A méditer, pour ceux que choque La vie d'Adèle, même si le film de Kechiche va bien plus loin, on s'en doute, que ce que montre Bresson (mais ce n'est plus la même époque).

Bref, du grand et beau cinéma, exigeant et intelligent, souvent bouleversant, notamment dans la séquence finale. A ne pas rater.

Commenter cet article